15 February 2017 JosselinLeclercq

Histoire de la typographie – La police Didot

Relire la première partie de cet articleRelire la seconde partie de cet article


La police Didot

Cette police de caractère est sans doute l’une des plus connues ! De par son nom qui caractérise l’unité de mesure typographique (Le point Didot est un point typographique qui vaut 0,37597 mm, douze points Didot constituent un cicéro). mais aussi de par le nom de sa famille typographique du classement Vox-Atypi (Didones). Son épuration, ses contrastes & la finesse de ses serifs la caractérise plus que tout. Cette police va s’imposer au cours du XIXième siècle au détriment du Garamond et représenter l’industrie, la bourgeoisie et l’empire !

 


Didot – Police emblématique

La police Didot voit le jour en 1784, elle fût créée par Firmin Didot, célèbre typographe de l’époque. Ce type de caractères typographiques se caractérise par des contrastes importants entre pleins et déliés. On constate aussi des empattements très fins (ce qui est l’une de ses caractéristiques les plus importantes). Ce caractère va dominer le XIXième siècle et s’imposer devant le Garamond. La Révolution approchant et le Garamond représentant l’ancien régime, Le Didot va symboliser le renouveau et être adopté par l’imprimerie royale (devenue “Imprimerie Nationale). C’est un caractère droit et dépouillé de toutes fioritures. Cela lui donne une allure formelle et juste. Les angles marqués de ses serifs démarquent cette police de ses contemporaines.

Cette police repose sur un concept précis qui est celui de l’unité typographique du même nom. Son dessin épuré lui permet d’être adopté même en dehors des frontières (ce caractère va s’imposer dans l’Empire Britannique ou encore l’Italie). Pour l’anecdote, Certains grands auteurs publiaient leurs ouvrages dans ce caractère (Comme Racine par exemple) et la constitution de 1791 a été rédigé avec ce caractère. Cela lui confère encore plus d’importance et lui permet de s’imposer dans la quasi-totalité du continent Européen à l’époque. C’est le premier caractère dit Moderne (au même moment, on voit la naissance de la police Bodoni (Italie) – En réalité, Didone est la contraction de Didot et Bodoni.. Ce caractère typographique représente la modernité et de l’industrialisation naissante. Si l’on devait désigner une police emblématique du XIXième siècle, ce serait sans aucun doute celle-ci !

Animation by Kyu Won Lee (ECUAD 2015) | Music: Parov Stelar – All Night (JSM)


La police Didot de nos jours

Beaucoup de marques célèbres utilisent le caractère Didot pour leur identité, et particulièrement celui de la mode. Les magazines Harper’s Bazaar, Vogue ou Vanity Fair s’habillent de cette police, ce qui donnent à cette presse, une allure élégante et raffinée. La célèbre série américaine Sex and the City utilise également la même famille de caractère. L’apport de la couleur rose sur le mot “City” féminise la police de caractère. La chaine de télévision CBS a adopté la police Didot pour son logotype et sa communication. L’image moderne de la chaine se trouve renforcé bien que la police soit une police à Serif et non linéale ce qui contraste avec les autres chaines. Cette police traverse le temps et continue d’illustrer la modernité et le raffinement plus de 200 ans après sa création.

Son dessin repose sur un contraste fort entre les pleins, noirs et imposants, et les déliés, fins et délicats. Quant à l’empattement, un trait fin et simple qui permet à la police d’être assise sur la ligne de lecture. Le Didot, comme le Bodoni, utilise la ligature, qui représente la jonction de deux lettres pour ne former plus qu’un seul nouveau caractère. Les graphèmes « æ » et « œ » sont des ligatures linguistiques. Alors que les graphèmes « fi », « fl », etc… sont des ligatures esthétiques. La plupart des polices de l’époque utilisaient la ligature, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui avec les polices numérique linéales comme celle de cet article !.

 


Le glossaire typographique

Rappelez-vous, nous l’avons dit dans l’article précédent, il est important de connaitre les termes de la discipline typographique. Aussi lors du prochain article de cette série, nous allons parlé un peu plus du glossaire de cet art. Cela nous permettra de décrire plus en profondeur les caractères que nous rencontrerons par la suite. Si les termes hampe, chasse, lignomètre ou bien encore diacritique ne vous évoquent rien, alors le prochain article va vous plaire ! Même si ces termes paraissent complexes vous verrez que l’habit ne fait pas forcément le moine. Nous verrons également que trop de Didot tue le Didot et que la famille de la police Elzévirs va revenir au goût du jour dans les années 1850. Cette police de caractère directement inspirée des carctères romains va prendre l’ascendant sur la police Didot et faire beaucoup d’ombre à la police Garamond pendant quelques temps.

À très vite pour le prochain article !

Tagged: , , ,

About the Author

JosselinLeclercq Agence Posac'fé - Agence de communication basée à Rennes - Carte de visite - Logotype - Site web - Conseils - Formation | Contactez-nous : contact@poscafe.fr
Abonnez-vous à la newsletter

Recevez pleins d'infos utiles pour votre communication & des réductions spéciales exclusivement réservées aux abonnés !

Rassurez-vous, un lien de désinscription se trouve en fin de chaque newsletter !